À propos /a-propos Thu, 26 Feb 2015 09:23:58 +0000 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr Qui sommes-nous? /a-propos/7-qui-sommes-nous /a-propos/7-qui-sommes-nous

Trudel Nadeau est un cabinet comptant aujourd'hui 25 avocates et avocats. Se consacrant depuis maintenant plusieurs dizaines d'années au service exclusif des syndicats, il leur offre le soutien juridique dont ils peuvent avoir besoin, dans la résolution des problèmes auxquels ils sont confrontés dans tous les domaines du droit. Il s'est ainsi taillé une solide réputation non seulement en droit du travail et de l'emploi, mais également en droit administratif, criminel et pénal, droit de la santé et de la sécurité du travail, droits et libertés de la personne, etc. Il représente de nombreux syndicats oeuvrant dans une vaste gamme de secteurs d'activités tant privés que publics, de compétence fédérale ou provinciale.

Trudel Nadeau c'est également toute une équipe d'adjointes et de techniciennes dévouées, compétentes et engagées, qui contribuent au succès de la société.

]]>
no-reply@trudelnadeau.com (admin) À propos Fri, 28 Mar 2014 21:07:54 +0000
Historique /a-propos/2-historique /a-propos/2-historique

Ce qui devait devenir la société d’avocats Trudel Nadeau a pris naissance dès la fin des années 30 quand Me Guy Merrill Desaulniers  a choisi de se consacrer exclusivement à la défense de ce qu’il était alors convenu d’appeler les « unions ouvrières ».

Véritable précurseur, il traçait ainsi une ligne de conduite à laquelle Trudel Nadeau n’a jamais dérogé, fier de s’identifier au mouvement syndical et aux valeurs qu’il défend.

À la fin des années 50, Me Guy Merrill Desaulniers fondait avec deux jeunes avocats, Me Louis-Claude Trudel et Me René Beaudry, le cabinet aujourd’hui connu sous le nom de Trudel Nadeau.  Ce nouveau cabinet est associé dès ses débuts au conflit opposant le Syndicat des métallos à la puissante compagnie minière Gaspé Copper Mines (filiale de Noranda Mines) lors de la grève de Murdochville.  Cette lutte sans merci livrée par le mouvement syndical à une redoutable multinationale, soutenue par le gouvernement dirigé alors par Maurice Duplessis, a laissé un souvenir douloureux dans l’histoire du monde syndical mais scellé une alliance indéfectible entre celui-ci et le cabinet.

En 1963, à peine sorti de l’université, Me Gaston Nadeau se joint à l’équipe, qui ne cessera par la suite de croitre pour satisfaire la demande d’un mouvement syndical en pleine expansion.

Au milieu des années 60, dans un monde de relations de travail en pleine ébullition, le cabinet mène sous la gouverne de Me Louis-Claude Trudel, avec le Syndicat canadien de la fonction publique, la bataille de la syndicalisation des salariés d’Hydro-Québec.

En 1967, Me Guy Merrill Desaulniers sera nommé juge à la Cour supérieure du Québec.

Au nombre des avocats s’étant joints au cabinet, citons l’arrivée  en 1969 de Me Paul Lesage au sein de la société alors connue comme  Desaulniers, Trudel, Beaudry et Gamache.  Me Lesage assumera en plus de ses activités professionnelles, l’administration du cabinet durant de longues années. 

En 1970, Me René Beaudry accède à la magistrature.  Il fera partie de la première fournée du Tribunal du travail, créé en vertu d’un tout nouveau Code du travail.  D’autres avocats se joignent à l’équipe, dont une première femme, Me Louise Ménard, qui accédera également quelques années plus tard au Tribunal du travail.  La contribution de Trudel Nadeau à l’évolution de ce nouveau domaine du droit ne se limite pas bien entendu à combler les rangs de la magistrature.  C’est ainsi que le cabinet sera associé, tout au long de son histoire, à des luttes et conflits qui contribueront à façonner le droit du travail, comme la grève de United Aircraft en 1975 qui allait non seulement forger de façon durable la réputation de Me Gaston Nadeau mais devenir le motif de l’introduction dans le Code du travail des dispositions anti-briseurs de grève.

C’est au cours de ces mêmes années que Me Laurent Roy puis Me Richard Bertrand se joindront à l’équipe.  L’un comme l’autre seront dès leurs premières années de pratique associés au développement alors fulgurant du syndicalisme, en oeuvrant tant aux côtés du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (devenu Unifor), du Syndicat canadien de la fonction publique, des Métallos, des TCA, de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, etc.  Quelques années plus tard, en 1978, Me Yves Saint-André, puis Me France Saint-Laurent, en 1980, viendront prêter main forte à des avocats débordés.  En 1983, Me Suzanne Handman, devenue par la suite vice-présidente du Conseil canadien des relations du travail (aujourd’hui Conseil canadien des relations industrielles) puis juge au Tribunal du travail et à la Cour du Québec, se joint au cabinet, suivie de peu par Me Christiane Morrisseau puis par Me Michel Derouet.

En 1982, le cabinet décidera d’avoir pignon sur rue à Québec.  Cette expérience, qui aura duré près d’une vingtaine d’années, aura permis à Me Louise Otis, dont la réputation n’était plus à faire, de se joindre à la société dont elle fera partie jusqu’à son accession à la Cour supérieure.  Me Otis s’est ensuite illustrée à la Cour d’appel en y mettant entre autres sur pied un service de médiation.

En 1986, Me Jacques Larivière, devenu arbitre de griefs, et Me Robert Dury viennent, par la fusion de leur cabinet à Trudel Nadeau, renforcer les rangs d’une équipe qui compte déjà près d’une vingtaine d’avocats, en en élargissant la clientèle et la compétence.

En 1987, le bâtonnier Serge Ménard et son associé Ronald Picard, viennent développer un nouveau secteur d’activités en offrant à la clientèle les services d’avocats chevronnés en droit criminel et pénal.

Me Ménard se fera ensuite connaître davantage en devenant député et ministre de la Sécurité publique, puis de la Justice.

Me Pierre Dupras, ancien substitut du Procureur général se joindra à eux à la fin des années 80, et associera le nom du cabinet à plusieurs dossiers d’envergure.

Le cabinet continue de contribuer, avec les syndicats, au développement d’avenues nouvelles et de précédents jurisprudentiels devant tous les tribunaux et jusqu’en Cour suprême.

D’autres avocats se joignent au cabinet.  Soulignons simplement l’arrivée de ceux qui composent encore les forces vives de l’équipe, comme Me Frédéric Nadeau à la fin des années 90, puis le 1er janvier 2003, marquant ainsi un tournant dans l’histoire de la société, l’arrivée de Me Guy Bélanger et de Me Serge Gagné qui consolident la clientèle du cabinet chez les associations de policiers municipaux du Québec.  Les Services Fédé-Conseils Inc. devient donc un partenaire incontournable de Trudel Nadeau, à laquelle se consacrent à temps complet Me Guy Bélanger, Me Serge Gagné, Me Frédéric Nadeau, Me Danny Venditti, arrivé en 2007, Me Dominic Jobin Cotnoir, en 2011, et Me Jean-François Raymond en 2012.

2007 marque l’arrivée d’une autre figure connue des relations du travail, Me Clément Groleau, accompagné de Me Katty Duranleau et de Me Danny Venditti, qui apportent également leur bagage d’expérience.

Il en va de même pour Me Louise-Hélène Guimond qui vient en 2008 faire bénéficier la société des connaissances accumulées dans son travail auprès des syndicats.  Le cabinet s’adjoindra également la même année les services de Me Sarah Proulx-Doucet.

En 2011, Me Simon C. Chartier rejoint le groupe des criminalistes.  En 2012, au terme de son stage, le cabinet embauche Me Audray Julien-Béland.  La même année, Me Mario Coderre, bardé de son expérience, vient enrichir l’équipe.  Cette même année, la conclusion d’une entente privilégiée avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal amènera Me Laurent Roy à se consacrer totalement à la défense des intérêts de ce groupe et se traduira par l’embauche de Me Jonathan Paré en 2012 et Me Julien David Hobson en 2013.  Misant sur la jeunesse et l’avenir, Trudel Nadeau embauche en 2014, Me Anne-Julie Rolland.

D’autres avocats réputés ont joint puis quitté le groupe, motivés par une réorientation de leur carrière.  Me Louis-Claude Trudel est décédé en 2008 après avoir imprimé au cabinet dont il était cofondateur la marque de l’humanisme et du professionnalisme qui le caractérisaient.  Nous tenons à lui rendre ici hommage.

Mais cette longue histoire, du plus ancien cabinet de droit du travail syndical au Québec, ne s’achève pas ici.  Elle se continuera de longues années encore marquée par l’engagement et le dévouement de ses membres à la défense des intérêts des travailleurs qui,  aujourd’hui plus que jamais, ont besoin d’être épaulés dans les défis auxquels ils font face. 

]]>
no-reply@trudelnadeau.com (admin) À propos Fri, 28 Mar 2014 02:37:52 +0000